Réserves de change : Le pari réussi du gouvernement !

424

Les réserves de change algériennes vont baisser à hauteur de 96 milliards de dollars au mois de Juillet avant de remonter et de se maintenir autour des 100 Milliards de dollars sur le dernier trimestre 2017, a annoncé le chef du gouvernement Abdelmalek Sellal  dans le cadre de la tripartite qui a eu lieu ce Mardi à Annaba.

Malgré la baisse des cours de pétrole depuis plus de trois ans, l’Algérie a pu absorber la crise économique en évitant de rentrer dans une politique d’austérité aiguë. Contrairement aux autres pays rentiers, l’Algérie a su tirer son épingle du jeu et a réussi à maintenir sa stabilité et celle de son économie, grâce à des réformes efficaces,  tout en continuant à encourager les investissements afin de diversifier davantage l’économie nationale, éloignant ainsi l’échéance de l’emprunt extérieur, un scénario que les dirigeants du pays veulent à tout prix éviter par soucis de souveraineté nationale, ayant fait la douloureuse expérience de la dépendance au FMI durant les années 90.

Même si le pays reste très dépendant de sa manne pétrolière et gazière, qui représente plus de 60% de ses recettes, le gouvernement à réussi son pari face une situation difficile. Par la même occasion, le gouvernement a démenti certains « spécialistes » nationaux et internationaux qui prédisaient le chaos total et un scénario à la Vénézuélienne pour l’Algérie. Ces mêmes spécialistes ont poursuivi leurs « prévisions » en fantasmant sur l’hypothèse d’une deuxième décennie noire, voire une destruction complète du pays, à l’aube de l’année 2017. Des fantasmes exprimés à coup de rapports dont la crédibilité est désormais fortement touchée.

La situation économique du pays est certes difficile, mais elle n’est pas dramatique, les réserves de changes ont fondu de près de la moitié en  l’espace de trois ans, mais ça reste très loin des prévisions qui étaient établies par différents rapports et  économistes. Mieux encore, l’Algérie a réussi au premier trimestre 2017 à améliorer son déficit commercial et vise à baisser ses importations à 30 milliards $ pour obtenir une balance commerciale appréciable.

En dépit du retard qu’a pris le gouvernement pour lancer les bonnes réformes, il doit désormais maintenir le cap, consentir à des efforts supplémentaires et à mener une réelle volonté politique dans le but de construire une économie solide et diversifiée. Le peuple algérien a pu préserver ses acquis sociaux, au milieu d’un contexte économique mondial difficile. Il est appelé à maintenir la stabilité et la paix du pays, deux paramètres indispensables pour son développement et sa sérénité.