Football : Youcef Attal, le Lion du Djurdjura !

838

C’est la nouvelle pépite du centre de formation de l’AS Paradou, Youcef Attal, né en 1996 dans un petit patelin de Kabylie, au pied du mont Djurdjura, est devenu en l’espace d’une mi-temps, la nouvelle coqueluche de l’équipe nationale de football. 

Un slalom, puis un deuxième, Youcef Attal s’est baladé devant le Togo pour sa première sélection en match officiel avec les fennecs d’Algérie, sa technique, sa justesse technique et sa hargne sur le terrain ont rapidement séduit le public algérien mais également son entraîneur et ses coéquipiers de la sélection. Sorti de nul part, ou presque, méconnu de la scène footballistique algérienne il y a de cela encore quelques semaines, qui est véritablement Youcef Attal ?

Attal, le nouveau Merzkane ?

Certains observateurs le comparent déjà à l’illustre Chaabane Merzkane, avec ses courses folles face au Togo, Attal nous a tous renvoyés 35 ans en arrière pour nous rappeler l’incursion historique de Merzkane face aux géant allemands, en 1982 à Gijon lors du mondial espagnol.

Malgré une blessure à l’épaule contractée à la 27′, l’enfant prodigue de Mechtras a montré une grande force de caractère en serrant les dents et réussir à tenir jusqu’à la mi-temps malgré d’atroces douleurs. A la pause citron, le joueur a avoué avoir pleurer dans les vestiaires car il ne voulait pas quitter ses coéquipiers, pour l’amour du pays, mais également pour démontrer qu’il en avait encore sous la semelle ! Une réaction qui dénote du tempérament du jeune lionceau du Djurdjura, le quel, avec cette belle sélection avec les seniors, est devenu un Lion courageux et féroce.

Le Betis Séville déjà conquis !

Avec zéro match en Ligue à son compteur avant sa première sélection, le jeune latéral du Paradou n’a pas eu un parcours facile. D’abord non retenu par la JSK, à cause de l’ingratitude et de l’inculture du président Hannachi, Youcef Attal subira l’incompétence des dirigeants du football algérien, il sera par la suite repéré par l’USMA qui le gardera quelques années, avant d’atterrir au Paradou, un club où il y trouvera ses marques avec une saison extraordinaire qui permettra au PAC de revenir parmi l’élite du football national.

Toutefois, il n’est pas sûr de revoir Youcef Attal sous les couleurs du Paradou, ses performances en L2 n’ont pas laissé indifférents les superviseurs et autres scoots des clubs européens. Ainsi, le club andalous du Betis Séville aurait approché les dirigeants algérois et selon les dernières nouvelles un accord a été conclu et Attal rejoindra très bientôt la Liga espagnole.

Fan invétéré du chanteur Matoub Lounés, Attal est d’autant plus fier de sa région d’origine que de son pays, nul sans doute qu’il fera un excellent ambassadeur du football algérien et du sport national en général à l’étranger. Son expérience, constitue également un modèle de réussite pour les jeunes algériens qui voient trop souvent les choses en noir…