Championnat du football professionnel : les Algérois sans stade !

614

Suite à la domiciliation de six clubs professionnels de la ligue 1 et 2, et de plusieurs autres clubs des divisions inférieures, le petit stade Omar-Hamadi de Bologhine, et le stade du 20 Août 55 à Belouizdad, demeurent le seul refuge des clubs Algérois en attendant la destination de l’USM Harrach.    

Quand le petit stade Omar Hamadi de Bologhine situé en plein cœur d’un quartier populaire à Bab el Oued, et le stade du 20 Août 55 à Belouizdad deviennent l’auberge des grands derbys Algérois, c’est qu’il est impérativement nécessaire, de remettre en cause la politique générale de notre football.

En effet, Au même moment, que nous étions entrain de vivre le chef-d’œuvre spirituel portant les plus beaux terrains de football implantés à Baraki, Douéra, Sétif, Tizi ouzou et Constantine, les responsables du complexe sportif Mohamed Boudiaf, ont eu cette maudite idée de nous interrompre en plein rêve, durant lequel nous avons prévu l’organisation d’une coupe d’Afrique et d’autres événements sportifs planétaires.

mais malheureusement, la décision de la fermeture du stade olympique du 5 Juillet, suivie par celle des travaux de réaménagement du stade Ben Haddad a Kouba et Tchaker de Blida, fut surgir la logique avec sa réalité amère qui indique la véritable situation de notre malheureux football dont les difficultés de nos clubs étant SDF, sans pouvoir cependant, trouver la solution pour accueillir leurs adversaires, si ce n’est cette fameuse formule de huis clos, qui prive le grand public par le concours de la ligue « professionnelle » de football, des spectacles footballistiques.

Cette particularité, qui est trop sollicitée dès l’approche des rencontres palpitantes, semble bien combler la défaillance, et pourtant, naïf et très optimiste, nous avons trop longtemps applaudi les propos de l’ex président de la FAF, quand il faisait allusion aux installations concrétisées t elle que, le centre de sidi Moussa, le nouveau siège de la FAF, convention avec l’hôpital Qatari « Sbitar » et le projet d’hôtel de 4 étoiles…etc. Sans prévoir a une seule seconde, l’impasse auquel nous nous retrouvons aujourd’hui, et à partir de la, on se demande sincèrement, comment nous allons pouvoir clôturer cette fichue de saison perdue d’avance.

Abderrezak.B